Sélectionner une page

Quelle que soit votre nationalité et où que vous soyez dans le monde, je vous souhaite de passer d’excellentes fêtes de fin d’année !

Ce mois-ci je vous ai proposé un calendrier de l’avent un peu particulier, avec une tradition de Noël insolite différente chaque jour.

Vous pourrez les retrouver dans une version plus ludique – qui pourra notamment plaire aux enfants puisqu’il s’agit d’ouvrir une case à la fois – en cliquant sur ce lien : VOIR LE CALENDRIER INTERACTIF.

Et pour ceux qui souhaitent avoir une version condensée, voici les traditions de Noël les plus insolites dans le monde :

1- L’Italie et la sorcière « Befana »

Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’Italie a une drôle de tradition pour les fêtes de Noël : le jour de l’épiphanie, une sorcière, appelée Befana, apporte des cadeaux aux enfants qui ont été sages, et du charbon à ceux dont la conduite laissent à désirer.

Vous vous demandez sûrement d’où ça vient ? Selon la légende, la fête de la Befana est très ancienne. Elle remonterait à l’époque romaine, puis les chrétiens l’auraient récupérée. On raconte aux enfants italiens que les Rois mages, un peu perdus, trouvèrent une vieille femme sur leur chemin. Ils lui demandèrent de les accompagner à l’étable où se trouvait l’enfant Jésus. La Befana était trop occupée alors à nettoyer sa maison et elle déclina leur proposition. Très vite, elle réalisa qu’elle avait fait une grosse erreur, alors elle prépara un énorme sac de cadeaux appartenant à son propre enfant, et partit à la recherche de l’enfant Jésus. Même si elle suivit la même étoile que les rois Mages, elle ne réussit jamais à trouver l’étable et donna les cadeaux aux enfants italiens la nuit précédant l’épiphanie. Imperturbable, la Befana continua alors de voyager dans le monde entier depuis ce jour à la recherche de l’enfant Jésus dans chaque maison.

(source : ici et ici)

2- Le Japon et le KFC

Oui oui, vous avez bien lu « KFC » ! Sachez qu’au Japon, comme il y a peu de chrétiens (environ 2% de la population, soit autour de 3 millions de personnes), Noël a été importé comme d’autres fêtes traditionnelles en occident. Si de plus en plus, Noël au Japon est l’occasion d’offrir des cadeaux aux enfants, cette période était au départ très associée aux amoureux, une sorte de Saint-Valentin du mois de décembre. Le rapport avec le KFC ? Dans les années 1970, les occidentaux expatriés au Japon cherchaient des dindes ou poulets entiers pour déguster les 24 et 25 décembre. À l’époque, la chaîne KFC était la seule à en proposer. Cette tradition s’est étendue au fur et à mesure et, aujourd’hui, beaucoup de Japonais consomment du poulet rôti à Noël (ce qui arrange bien KFC qui multiplie ses ventes par 5 à 10 pendant cette période : en 2017, la chaîne aurait atteint un record : 6 milliards de yens de ventes (~46,5 millions d’euros) du 23 au 25 décembre inclus).

(source : ici)

3- Le Venezuela et les rollers

À chaque réveillon de Noël, les habitants de la ville de Caracas au Vénézuela se rendent à l’église dès le matin. Rien d’étonnant à cela, si ce n’est que, pour d’obscures raisons connues d’eux seuls, ils s’y rendent en… roller. Cette tradition est si populaire que les routes du centre-ville sont fermées aux voitures afin que la population puisse se rendre à l’église en toute sécurité.

Les raisons sont mystérieuses, mais certains habitants pensent que c’est, à l’origine, pour permettre aux retardataires de se rendre à la messe à temps.

(source : ici et ici)

4- L’Espagne et le « Chieur »

Dans leur scène de la nativité, les catalans ont ajouté un personnage que l’on ne trouve dans aucune autre crèche de la planète. En plus de MarieJosephJésus, les bergers et tous les autres santons traditionnels, les catalans ont un autre personnage pittoresque appelé Caganer. Ce petit personnage est souvent placé dans un coin à moitié caché, et il y a une bonne raison à cela : le mot Caganer peut être en effet traduit littéralement en « Chieur », et c’est exactement ce que le santon fait : déféquer !

À l’origine, le Caganer était un paysan affublé du chapeau traditionnel catalan appelé la barretina, mais la raison de cette tradition s’est perdue dans la nuit des temps. Que peut-il donc représenter alors ? On dira que l’explication la plus acceptable est la suivante : le Chieur, en produisant des excréments, fertilise de la terre. Il peut donc être considéré comme un symbole de prospérité et de chance pour l’année à venir !

(source : ici)

5- La République Tchèque et le lancer de chaussures

En République Tchèque, ce sont les femmes célibataires qui s’adonnent à un rituel étrange : le 24 décembre, elles se mettent dos à la porte (ouverte) de leur maison et lancent une chaussure au dessus de leur épaule. Si la chaussure, après être retombée, a la pointe tournée vers la porte, cela signifie qu’elles se marieront dans l’année. Si la pointe de la chaussure tourne le dos à la porte, cela signifie qu’elles resteront au moins une année encore à la maison. De plus, les femmes devraient recevoir pour Noël un baiser sous une branche de gui : cela leur assure de l’amour pour toute l’année.

(source : ici et ici)

6- L’Autriche et le « Krampus »

Une créature mi-chèvre, mi-démon qui chasse les enfants dans les rues, les effraie et punit même ceux qui n’ont pas été sages… Non, il ne s’agit pas d’Halloween, mais de Krampus, l’équivalent démoniaque de St Nicolas. Dans la tradition autrichienne et allemande, St Nicolas récompense les enfants sages tandis que Krampus kidnappe et enferme dans son sac ceux qui font des bêtises pour les manger au repas de Noël… Le 5 décembre, la veille du passage de St Nicolas, des jeunes revêtent des masques de bois et des peaux de bêtes et annoncent leur sinistre passage à grands coups de cloches.

(source : ici et ici)

7- La Norvège et la « planque » des balais

En Norvège, tous les habitants cachent leur balai durant la période de Noël. Cela remonte à plusieurs siècles en arrière, lorsque l’on croyait que les sorcières sortaient pendant la nuit de Noël, à la recherche d’un balai sur lequel elles pourraient s’envoler. Aujourd’hui encore, nombreux sont les norvégiens qui cachent leur balai pour ne pas qu’on le leur vole…

(source : ici)

8- Le Pays de Galles et Mari Lwyd

Une tradition étonnante du Pays de Galles rappelle, elle aussi, plus Halloween que Noël ! Appelée « Mari Lwyd », elle consiste à se déguiser en cheval, à l’aide d’un drap blanc et d’un crâne de cheval tenu à bout de bras et ornementé de rubans colorés. Au coucher du soleil, cette étrange créature sort alors de chez elle pour se balader dans les rues en récitant des poèmes ou en chantant des chansons. Elle part faire du porte-à-porte en réclamant son dû, et il est coutume que les habitants l’invite à boire ou manger quelque chose. Son origine serait en fait chrétienne : cela ferait partie des festivités de la fête de l’âne, commémoration de la fuite en Égypte de Marie et de Joseph, marquée historiquement le 14 janvier.

Bonus : entraînez- vous à la prononciation de « Mari Lwyd » grâce à ce site !

(source : ici et ici)

9- Le Mexique et les Posadas

Du 16 au 24 décembre, dans les villages mexicains, on organise « las Posadas ». Chaque soir, comme l’ont fait Marie et Joseph qui s’arrêtaient dans les posadas (auberges) durant leur voyage de Nazareth à Bethléem, les familles et amis se retrouvent chaque jour chez un hôte différent. La tradition veut qu’on suive une sorte de mise en scène : deux personnes, représentant Marie et Joseph, se trouvent dehors et chantent une chanson traditionnelle dont les paroles réclament qu’on les héberge. Ceux qui sont dans la maison chantent à leur tour et s’ensuit un long dialogue – par chansons interposées – jusqu’à ce qu’ils ouvrent leurs portes à « Marie et Joseph ». A la fin de la soirée, les enfants sont invités à casser des piñatas.

(source : ici, ici et ici)

10- Les Etats-Unis et le cornichon de Noël

Le « Christmas Pickle » (cornichon de Noël en français) est une drôle tradition de Noël aux États-Unis. Traditionnellement, le matin de Noël, les parents cachent une décoration en forme de cornichon dans les branches du sapin de Noël. Ensuite, plusieurs versions sont possibles : soit le premier enfant qui trouve cette décoration reçoit un cadeau supplémentaire de « Santa Claus » (et si c’est un adulte, cela lui portera bonheur pour l’année à venir), soit la première personne qui trouve le cornichon aura le droit d’ouvrir ses cadeaux avant tous les autres… Vous vous demandez qui a eu l’idée de cette tradition ? Malheureusement, officiellement, personne ne connaît son origine même si plusieurs histoires circulent.

Sachez toutefois que la ville de Berrien Springs (Michigan) est connue comme la capitale du monde du cornichon de Noël, et organise un festival annuel du cornichon début Décembre. Un défilé du cornichon est organisé depuis 1992. 

(source : ici et ici)

11- La Catalogne et le Tio del Nadal

Le Tio de Nadal («Bûche de Noël») est une tradition de Noël particulièrement répandue en Catalogne. À l’origine, c’était un véritable morceau de bois que l’on jetait au feu et qui, en guise de cadeau, vous procurait de la chaleur. Avec le temps, la bûche est devenue un personnage. De nos jours, c’est un morceau de bois d’environ 0,3 mètre de long, juché sur deux ou quatre petites jambes, avec un large sourire dessiné et un petit nez en bois, coiffé d’une barretina, le chapeau traditionnel catalan. C’est l’équivalent catalan du Père Noël. Selon la tradition, les enfants doivent «prendre soin» du Tio, le placer sous une couverture pour qu’il n’attrape pas froid et le «nourrir» du 8 décembre à la veille de Noël. Le jour J, les enfants armés d’un bâton se mettent à frapper le Tio en chantant des chansons et en lui ordonnant de «pondre» des cadeaux. 

(source : ici)

12- La Suède et la chèvre « Julbock »

En Suède, ce n’est pas le père Noël qui apporte les cadeaux mais un petit lutin du nom de Jultomte, aidé dans sa tâche par une chèvre appelée Julbock. Etrangement, à l’origine, (xviie siècle), les paysans confectionnaient des petites chèvres en paille. Ce matériau leur rappelait la naissance du Christ, dans la mangeoire de la crèche. Le soir de Noël, ils se déguisaient en boucs (animal relié à la sorcellerie) et allaient de maisons en maisons faire peur aux enfants. Après leurs passages, ils laissaient un de ces petits Julbock de paille ainsi qu’un petit morceau de papier sur lequel étaient écrites quelques rimes méchantes ou moqueuses.

Durant le XIXe siècle, le rôle du Julbock changea et il devint celui qui distribuait les cadeaux. Les enfants tressaient leur chèvre de Noël avec des tiges séchées de blé et durant la nuit de Noël, celle-ci s’envolait et se rendait au pays des cadeaux pour chercher un présent.

De nos jours, Julbock apporte toujours les cadeaux mais elle est accompagnée de Jultomte, une sorte de petit lutin qui tient lieu de Père Noël (et les mêmes personnages existent sous d’autres noms dans les autres pays scandinaves).  

La ville de Gävle en Suède réalise chaque année une chèvre géante en paille : la tradition veut que l’on mette le feu à cette chèvre la veille de Noël mais celle-ci est souvent incendiée avant le 24.

(source : ici et ici)

13- La Grèce et le bateau de Noël


Crédit photo : http://voyagetculture.blogspot.com

Lors des fêtes de Noël, les Grecs ornent traditionnellement leur maison d’un bateau, emblème national grec, plutôt qu’un sapin. La tradition remonte à des centaines d’années lorsque la majorité des grecs étaient marins. Pendant la période de Noël, la famille décorait un bateau en bois pour symboliser sa reconnaissance au retour des pêches, des hommes et fils de la famille, ayant surmonté des navigations périlleuses et des conditions météo rigoureuses.

Pendant les fêtes, les enfants de la famille construisaient donc un bateau de papier et de bois, agrémenté de papier et de ficelles de couleur et allaient de maison en maison, en chantant les chants traditionnels grecs, accompagnés par des instruments tels que des triangles, des guitares, accordéons et harmonicas. Dans ce bateau les enfants nichaient leurs pâtisseries de Noël, les petits pains et les friandises offertes par les habitants qui leur avaient ouvert leurs portes.

Avec l’introduction du premier arbre de Noël en 1833 par le roi Otto, la décoration du bateau à voile n’est plus aussi perpétuée, mais elle reste encore ancrée dans la tradition, et dans  les îles grecques où certaines municipalités font des efforts louables pour rétablir la coutume dans sa forme originale, avec des bateaux qui ornent les places centrales au lieu du sapin de Noël habituel.

 (source : ici)

14- La Pologne et l’Etoile de Noel

En Pologne, selon la tradition, le repas du 24 décembre commence lorsque la première étoile apparaît dans le ciel du soir. Ceci est une référence symbolique à l’Étoile de Bethléem annonçant la naissance de Jésus-Christ, qui, selon la Bible, a conduit les Rois Mages à l’étable où ils ont trouvé Jésus. Habituellement, les enfants polonais attendent impatiemment et recherchent cette étoile dans le ciel, tandis que les adultes finissent les préparations du repas à venir. Les personnes présentes commencent alors le souper en rompant le pain ensemble (ou des gaufrettes “opłatek”) et en se souhaitant les meilleurs vœux. 

Sachez également que, selon les régions, ce n’est pas le Père Noël qui apporte les cadeaux mais un autre personnage (St-Nicolas, l’Homme-Etoile, l’enfant Jésus, la petite étoile, le petit ange ou Grand-père Gel), le 6 et/ou le 24 décembre !

Pour les plus curieux, je vous recommande d’aller lire l’ensemble du déroulement du Noël traditionnel polonais sur cette page : http://savoureusepologne.blog.lemonde.fr/2016/12/21/les-coutumes-de-la-veillee-de-noel-en-pologne/

(source : ici et ici)

15- La Russie et l’absence de Noël

Les traditions de Noël en Russie sont originales en raison du poids des nombreuses années de dictature communiste. Historiquement, c’est le Nouvel An qui est célébré en grande pompe en Russie car les festivités religieuses, y compris Noël (et les sapins) étaient interdites suite à la révolution et jusqu’en 1991. Les enfants reçoivent ainsi leurs cadeaux dans la nuit du 31 décembre : ils sont apportés par le Père Gel (un genre de Père Noël) et Babouchka, une grand-mère qui l’aide dans sa mission et qui a la même origine que … la Befana italienne !

Traditionnellement, l’église orthodoxe célèbre Noël la nuit du 6 au 7 janvier car elle ne reconnaît que le calendrier julien dans lequel notre 7 janvier correspond … au 25 décembre.

(source : ici et ici)

16- La Suède et Donald Duck

Chaque année, vous vous plaignez de revoir les mêmes films de Noël ? Dites-vous qu’en Suède c’est tous les ans le même programme TV ! En effet, chaque année le 24 décembre depuis 1959, les Suédois regardent une émission Disney spécial Noël (appelé « Kalle Anka » pour « Donald Duck »). Cette émission de télévision qui rassemble des extraits de films de Disney montés bout à bout est diffusée sur une chaîne nationale à 15 heures précises pour environ 2 heures. Toutes les festivités sont organisées en fonction d’elle, de sorte que les familles peuvent regarder l’émission ensemble.

(source : ici et ici)

17- Le Canada et le lutin farceur

Etant expatriée au Québec depuis 2 ans, j’ai adopté cette année une des plus amusantes traditions de Noël dans le monde : avoir un lutin farceur. En quoi est-ce qu’elle consiste ? Au mois de décembre, un lutin du père Noël entre dans votre maison pour jouer des tours. La tradition veut que les enfants, aidés de leurs parents, élaborent un plan pour piéger et capturer le lutin. Celui-ci resterait ensuite inactif la journée, mais il sortirait chaque nuit grâce à la magie de Noël pour faire, chaque jour, un nouveau tour – plus ou moins espiègle – comme faire un ange dans la farine ou encore enrouler le sapin de Noël de papier toilette… Le 24 décembre, le lutin disparaît car il doit retourner au Pôle Nord aider le Père Noël dans sa distribution de cadeaux, pour réapparaître l’année suivante ! Selon les avis, cette tradition serait à l’origine soit purement québécoise, soit américaine. Dans tous les cas elle a connu un regain d’activité après la sortie du livre « The Elf on the Shelf : A Christmas Tradition » (publié en 2005) et se développe de plus en plus dans tout le Canada et les Etats-Unis.

Comment s’appelle votre lutin ? Le nôtre s’appelle Citrouille J

 (source : ici)

18- Islande et les Yule Lads

Durant les 13 nuits avant Noël (« Yul »), en Islande, 13 trolls joyeux et espiègles défilent à tour de rôle dans les rues (un troll différent par jour). Les Yule Lads visitent ainsi tous les enfants du pays : les enfants laissent leurs chaussures à la fenêtre et chaque troll dépose un cadeau aux plus sages et des pommes de terre pourries à ceux qui n’ont pas été gentils. Ils sont vêtus d’un costume traditionnel islandais et leur nom caractérise leur action: Stekkjastaur (le Grumeau des Bergeries), Giljagaur (le Dadais des Ravines), Stúfur (Le Trapu), Þvörusleikir (Le Lécheur de Cuiller), Pottaskefill (Le Gratte-pots), Askasleikir (Le Lécheur de Bol), Hurðaskellir (Le Claqueur de Porte), Skyrgámur (Le Gobeur de Skyr), Bjúgnakrækir (Le voleur de Saucisses), Gluggagægir (Le Voyeur derrière les fenêtres), Gáttaþefur (Le Renifleur), Ketkrókur (Le Crochet à Viande) et Kertasníkir (Le Voleur de Bougie).

Cette sympathique famille possède aussi un chat, Jólakötturinn, qui mange les qui ne s’acquittent pas de leurs tâches…

(source : ici et ici)

19- La Slovaquie et le pudding au plafond

Crédit photo : Charles Bugan (http://vaheurope.eu)

En Slovaquie et dans certaines régions d’Ukraine, le repas de Noël laisse des traces … la tradition veut que pour ouvrir le repas du réveillon, l’homme le plus vieux de la famille prend une cuillerée de loksa (un plat typique concocté à base de pain, de graines de pavot et d’eau), et … la lance au plafond ! On dit que c’est un geste de bon augure pour les récoltes. Plus le loksa colle, meilleure sera l’année !

(source : ici et ici)

20- Ukraine et toiles d’araignées

Crédit photo Flickr © Marty Gabel

En Ukraine, les arbres de Noël sont décorés … de toiles d’araignée ! Non, il ne s’agit pas de vraies toiles, mais d’ornements qui ressemblent à des toiles d’araignées et sont censés porter chance. Quelle est l’origine de cette tradition ? On raconte que jadis, vivait une veuve dans une misérable cabane avec ses enfants. Un jour, une pomme de pin tombée d’un arbre voisin donna naissance à un petit sapin. Les enfants, compte tenu de la pauvreté de leur mère, n’avaient guère de sources de joie et la vue de ce petit arbre les combla de bonheur, ils s’imaginaient déjà le décorer. Hélas, pas d’argent pour de quelconques décorations et le soir de Noël, la mort dans l’âme, tous allèrent se coucher. Les araignées de la vieille cabane avaient entendu leurs pleurs et, durant la nuit, décidèrent de tisser de magnifiques toiles dans les branches du sapin. Au petit matin, les enfants et leur mère découvrirent avec stupeur la beauté du tissage effectué par les araignées. Le soleil, en se levant, vint frapper les toiles de ses rayons et elles se transformèrent alors en or et en argent, mettant toute la petite famille à l’abri du besoin.

Depuis ce jour, il est de coutume de placer de fausses toiles d’araignées sur le sapin à côté des boules et des guirlandes, en symbole de chance et de prospérité. 

(source : ici et ici)

21- La Roumanie et les colindes

Chez les Roumains, Noël est resté folklorique dans certaines régions et se célèbre d’une façon particulière : après le repas du soir, les jeunes se regroupent entre amis (éventuellement avec une guitare) pour aller chanter des “colindes” au voisinage (à la famille et amis, disons toute personne importante à leurs yeux).  Ils font ainsi du porte-à-porte – toute la nuit – pour entonner des chansons de Noël et partager à boire et à manger chez les personnes chez qui ils vont chanter !

(source : ici et ici)

22- L’Arménie et la table de Noël

Crédit image : www.nouvelhay.com

En Arménie, Noël n’est pas fêté que pendant une journée ou deux, non, mais sur toute une semaine ! La raison ? Comme les russes, les arméniens ont été sous influence communiste : le nouvel an est donc pour eux LA fête à célébrer. L’Eglise arménienne ne reconnaissant que le calendrier grégorien, Noël est fêté chez eux le 6 janvier. La période de fêtes de fin d’année dure ainsi du 31 décembre au 6 janvier. Pendant toute cette période,  dans chaque maison,  une table est garnie de gâteaux, de fruits frais et toutes sortes de fruits secs, des entremets au blé, des boissons, etc… et elle n’est jamais desservie durant toute la semaine ! Ainsi, tout visiteur sera invité à s’asseoir et à honorer la table.

(source : ici et ici)

23- L’Estonie et le sauna de Noël

En Estonie, après le traditionnel repas de Noël, les familles ont l’habitude de partager un moment convivial un peu spécial : ils se rendent au sauna ! Ainsi, durant une vingtaine de minutes, ils prennent place dans une salle atteignant une température de 70 degrés, puis ils se jettent dans la neige. Complètement ressourcés, ils peuvent ainsi commencer la nouvelle année !

(source : ici)

24- Finlande et la visite des cimetières

Dans de nombreuses cultures, Noël rime avec esprits et hommages aux proches disparus. Les Finlandais n’y font pas exception puisqu’ils ont coutume de visiter les cimetières le 24 décembre, dès la tombée de la nuit. Ils déposent des bougies sur les tombes de leurs ancêtres et restent un moment pour se recueillir. Si, au moment de Noël, ils ne sont pas près du cimetière où reposent les membres de leur famille, ils se rendent dans le cimetière le plus proche et déposent leur bougie à l’endroit spécialement conçu à cet effet.

(source : ici)

Vous aimerez aussi :

Share This

Share This

Share this post with your friends!